Mario MARTINELLI (1944) - "Bandiera Dragona"
  • Mario MARTINELLI (1944) - "Bandiera Dragona"

    1,880.00€Prix

    Mario Martinelli 1944 - "Bandiera Dragona".
    Collage et huile sur toile, datée de1982.
    60 cm x 80 cm.
    Signée en bas à gauche sur le devant.
    Anciennement de la galerie ArteAtelier (Milan - ITALIE).

    Objet                                       Peinture

    Artiste                                     Mario Martinelli (1944)

    Titre de l'oeuvre d'art       "Bandiera Dragona"

    Période                                    1980-1989

    Année                                       1982

    Technique                               Techniques mixtes

    Signature                                 Signée à la main

    Condition                                 Bon état

    Dimensions totales              60 cm×80 cm

    Mario Martinelli vit et travaille à Paese, dans la province de Trévise, où il est né en 1944. Il est diplômé de l'Université de Padoue en littérature moderne, et a obtenu un doctorat en histoire de l'art contemporain avec Umbro Apollonio, dont il est devenu plus tard assistant.

    Parallèlement, il suit les cours de Luigi Tito à l'Académie des Beaux-Arts de Venise et enseigne depuis longtemps l'histoire de l'art à l'école d'art de la ville.

    L'activité critique et didactique suit constamment la recherche artistique qui se développe le long d'un fil très personnel d'autoréflexion à partir de la première toile parue en 1969.
    Le chèque en surface, entendu comme une pure convention, est le fil qui unit tout son travail en cycles, des mêmes tissus des années 70 et 80 aux transparences suivantes, théâtres d'ombres et de lumières sur la toile et sur les murs des bâtiments.
    Dès le début des années 90, les transparences se dessinent à partir des ombres qui les habitent, devenant des pirates métaphysiques, des réalités qui jouissent du statut ambigu d'objets et, en même temps, jumelles de l'âme, elles sont les ombres sur le net.
    En 1992 il est invité à la Biennale de Lausanne et en 1995 il expose dans le cadre des expositions promues par la XLVI Biennale de Venise.
    Depuis, il parcourt le monde - Venise, Milan, Paris, Toronto, Montréal, Tokyo, Anvers - avec un flash qui "souffle" l'ombre des passants entre les immeubles des villes, l'arrête et la présente émancipée du corps à la surface d'un écran, où il s'efface lentement. Monument éphémère au miracle passager de l'existence, découverte étonnée de soi et événement de sa propre évaporation.
    Souvent recouvertes d'un maillage qui les rend visibles, ces ombres émergent en permanence, sous la forme de nouveaux graffitis plastiques, des murs des villes que Martinelli tient à vouloir marquer comme humaines.
    Des galeries et des institutions publiques italiennes et internationales s'intéressent à son travail et le diffusent à travers des expositions et des publications. Historiens, critiques d'art et intellectuels y voient une intervention touchante dans le sentiment généralisé de perte d'identité et de solitude de notre époque. Une saine réaction contre l'indifférence à l'homme de la ville aujourd'hui.